Info Sport

Les Bleus s’offrent le Maroc et joueront la finale de la Coupe du monde contre l’Argentine

today14/12/2022 148

Arrière-plan
share close

Les Bleus s’offrent le Maroc et joueront la finale de la Coupe du monde contre l’Argentine

L’équipe de France a rejoint la finale de la Coupe du monde. (Reuters)

L’équipe de France défendra son titre de championne du monde dimanche contre l’Argentine. Les Bleus ont rejoint la finale de la Coupe du monde ce mercredi, en maîtrisant le Maroc en demi-finales (2-0).

Le match : 2-0

Devenue doublement éternelle sous la pluie de Moscou en 2018, avec un deuxième sacre mondial 20 ans après celui de 1998, l’équipe de France aura l’occasion de passer au rang de légendaire dimanche à Doha. Les Bleus de Didier Deschamps iront à la conquête d’une troisième couronne en défendant leur titre lors d’une finale de rêve face à l’Argentine d’un Lionel Messi en mission. Impressionnant de maîtrise, capable de souffrir sans plier, imperméable à la pression d’un public acquis à la cause de son adversaire, le collectif tricolore a su mettre fin à la folle épopée du Maroc ce mercredi (2-0), en demi-finales de la Coupe du monde, pour s’offrir cette finale d’anthologie.

Alors qu’il était resté inflexible face aux attaquants de la Belgique, de la Croatie, de l’Espagne et du Portugal dans cette Coupe du monde, le bloc marocain n’a pas résisté plus de cinq minutes face aux Bleus. Sérieusement handicapée par le forfait de dernière minute de Nayef Aguerd, et un Romain Saïss sur une jambe et finalement sorti après seulement vingt minutes, l’équipe de Walid Regragui a subi d’entrée la tradition des défenseurs français buteurs en demi-finales de Coupe du monde. Sur une relance de Raphaël Varane, Jawad El-Yamiq a glissé pour permettre à Antoine Griezmann de s’infiltrer dans la surface et de trouver Kylian Mbappé. L’attaquant parisien a été contré à trois reprises, mais sur sa dernière tentative, le ballon est arrivé au second poteau, et Theo Hernandez l’a repris acrobatiquement pour ouvrir le score (5e).

Après avoir inscrit le but le plus rapide dans une demi-finale de Coupe du Monde depuis 1958 – le Brésilien Vavá avait marqué contre la France à la 2e minute – l’équipe de France a eu deux occasions franches de faire le break, mais Olivier Giroud a trouvé le poteau après avoir déposé Saïss (17e), avant de manquer le cadre sur un service d’Aurélien Tchouaméni, consécutif à une première mèche allumée par Mbappé (36e).

Le Maroc, avec la possession, a toutefois démontré pourquoi il avait atteint le dernier carré, avec plusieurs occasions d’égaliser. L’arbitre mexicain M. Ramos n’a pas sifflé de penalty pour un tacle limite d’Hernandez sur Boufal (27e) et a même averti l’Angevin, et le poteau d’El-Yamiq (44e) a confirmé que les Lions de l’Atlas comptaient aller au-delà de leurs limites, malgré des physiques chancelants. Sofyan Amrabat, encore omniprésent, et ses coéquipiers ont encore haussé leur niveau d’agressivité après la mi-temps. On a vu Antoine Griezmann défendre dans sa surface pour soulager le collectif français. Celui-ci a plusieurs fois semblé au bord de la rupture, comme face à l’Angleterre, mais il a fini de démontrer qu’il n’était jamais aussi fort que dans cette configuration. À croire que ces Bleus ont besoin de cette souffrance pour mieux exulter ensuite. Randal Kolo Muani a finalement tué le suspense (79e), après un festival de dribbles de Kylian Mbappé, qui a amplement mérité son face-à-face galactique avec Lionel Messi dimanche.

1
Entré à la 78e minute, Randal Kolo Muani a marqué son premier but en équipe de France, sur son premier ballon touché !

Le joueur : Konaté a épaté

Tandis que Dayot Upamecano, malade, n’a pas pu débuter la rencontre à côté de Raphaël Varane, Ibrahima Konaté n’a pas été déstabilisé pas sa titularisation en urgence, loin de là. Le défenseur central de Liverpool, qui a très peu joué cette saison avant la Coupe du monde, a réalisé une partie énorme, avec des interventions tranchantes sur les vagues marocaines (15e, 43e, 45e+2, 50e, 54e). Mention spéciale à son tacle salvateur devant Youssef En-Nesyri, qui s’apprêtait à reprendre un centre de Yahya Attiyat-Allah, qui s’était joué de Jules Koundé (54e).

Le fait : le poteau de Jawad El-Yamiq

Tandis que son baiser sur le crâne du Portugais Pepe dans les derniers instants du quart de finale irrespirable contre le Portugal (1-0) a fait le tour du monde, le défenseur marocain Jawad El-Yamiq est passé à quelques centimètres d’un deuxième instant de gloire en mondovision. Marqué moralement par sa glissade sur l’action de l’ouverture du score des Bleus, le joueur de Valladolid a failli égaliser avant la mi-temps, d’un geste magique. Sur un dégagement de la tête d’Olivier Giroud après un corner, El-Yamiq a en effet armé un retourné acrobatique audacieux qui a terminé sa course entre la main d’Hugo Lloris et le poteau gauche (44e). La plus belle occasion marocaine.

Écrit par: Yahaya Gakou

Rate it
0%