Actualités

Mali : L’Imam Dicko décide de rentrer au pays après plusieurs semaines de convalescence dans la capitale algérienne

today28/02/2024 21

Arrière-plan
share close

Depuis  Alger, la capitale algérienne où il suivait  un traitement médical,  l’Imam Mahmoud Dicko annonce dans une  courte vidéo son retour  dans son pays natal le Mali. Un retour  qui  s’annonce dans un contexte difficile entre le pouvoir de transition  et  l’ex- parrain  du M5-RFP.

L’annonce du retour du très populaire Imam de Badalabougou ne passe pas inaperçu et occupe pratiquement toutes les conversations politiques dans les médias et sur les réseaux sociaux. Il suffit de voir le nombre de partages de la vidéo sur la toile, les titres dans les journaux pour comprendre que ce retour est savamment préparé. Visiblement les proches ne veulent pas qu’il rentre discrètement dans le pays. Et l’imam Dicko semble se prêter au jeu parce que , comme à son habitude, il a enregistré une courte vidéo dans laquelle il a annoncé son intention de rentrer au pays après plusieurs semaines de convalescence dans la capitale algérienne.

L’imam Dicko s’est rendu à Alger à l’invitation des autorités pour prendre part à l’inauguration de la plus grande mosquée du monde musulman que l’Algérie a construit pour servir de lieu de prière et de réflexion pour les théologies sur l’avenir de la religion musulmane dont l’image est mal perçue à cause du terrorisme.

Alors, son retour au pays cette fois-ci après les accusations de tentative d’empoisonnement dont il dit avoir fait l’objet fait déjà couler beaucoup d’encres. Il intervient également au moment où sa branche politique, la CMAS a créé avec d’autres partis et mouvements la Synergie d’action pour le Mali. Ce mouvement est opposé sur toute la ligne la trajectoire prise par les autorités militaires. D’ailleurs, la synergie a carrément appelé à la mise en place d’une transition civile et un retour à l’ordre constitutionnel dans un délai raisonnable. Autant d’indices qui laissent présager un mouvement qui pourrait solder par des rassemblements politiques dans les prochains jours à Bamako.

 

Lors de son séjour, l’imam Dicko a été reçu à la présidence Algérienne à la même période que les responsables de la rébellion Kidaloise qui a décidé de prendre les armes contre l’Etat central. Cette présence en Algérie avec les responsables des groupes armés est très mal perçue par les autorités de la transition malienne qui peut d’ailleurs justifier l’origine de l’incident diplomatique entre Bamako et Alger. Le gouvernement malien voyait d’un mauvais œil la présence de l’Imam Dicko et plusieurs responsables des groupes armés hostiles au Mali dans la capitale algérienne. C’est pourquoi il a vivement protesté contre leur accueil par le Chef de l’Etat Algérien sans que les autorités maliennes ne soient informées ou invitées.

A son tour, l’imam Dicko a justifié les raisons de sa présence en Alger en contestant vivement contre les intentions que les autorités de son pays lui prêtent en s’interrogeant si « la transition restera éternelle ». Il n’avait pas hésité à s’exprimer sur son désaccord avec les autorités de la transition qui l’ont qualifié « de personnage hostile » à la transition. Ce climat délétère ajouté à la création de Synergie d’Action pour le Mali laissent entrevoir que l’Imam Dicko et les autorités de la transition se sont plus des alliés politiques comme l’on pouvait le constater dans les premières heures de la chute du régime de feu Président Ibrahim Boubacar Keïta. Aujourd’hui, l’on peut déduire que l’ex-parrain du M5-RFP et le pouvoir de transition se regardent en chien de faïence et ne se font plus confiance car l’un a le pouvoir tant dis que le second peut mobiliser pour déjouer le projet de l’autre. De quoi annoncer un nouveau bras de fer entre ce chef religieux et les autorités de la transition si jamais ses partisans décident d’organiser un attroupement pour l’accueillir.

Écrit par: Yahaya Gakou

Rate it
0%